Logo
LES ENTARTISTES

membres de l'Internationale des Anarchos-Pâtissiers


Accueil Manifestes Communiques Scrutin Entart-Liste Liens Courrier
 
Archives: Articles de Presse

La Presse 8 Mai 1999

Furieux, le ministre Dion porte plainte

Le ministre a été entarté, hier à Montréal

"Ce n'est pas une farce, ce n'est pas drôle et ça peut devenir dangereux, a lancé un Stéphane Dion sous le choc quelques minutes après l'"attaque" à la crème fouettée au Chic Resto pop dans le quartier Centre-Sud.


"C'est très sérieux", a-t-il ajouté, affirmant que ce genre d'agression sur des personnages publics doit cesser.

Un des entarteurs au nez rouge de clown a lancé: "Il se fait du capital politique sur notre dos", en quittant précipitamment les lieux.

L'entartage s'est produit devant une cinquantaine de clients du Chic Resto pop qui faisaient la file pour se faire servir par M. Dion. Le ministre avait coiffé une toque de chef pour l'occasion. Il a aussitôt retraité dans la cuisine pour effacer les traces des entarteurs.

Aussi furieux que son patron, l'attaché de presse André Lamarre a poursuivi les deux hommes jusqu'à l'extérieur où il les a engueulés sans ménagement.

Selon M. Lamarre, il s'agit, notamment, du même entarteur qui avait généreusement couvert de crème chantilly le ministre Pierre Pettigrew il y a quelques mois.

"Ce n'est vraiment pas drôle, c'est une agression, fulminait encore André Lamarre quelques heures après l'incident. Ils prennent leur élan et lancent la tarte à trois ou quatre pouces du visage. C'est comme recevoir un coup de poing dans la face."

M. Lamarre a reconnu les deux mêmes individus qui avaient tenté d'entarter Stéphane Dion, il y a deux semaines devant la chambre de commerce de Saint-Laurent.

Cette première tentative a échoué, mais le ruban d'une émission de télévision tournée ce soir-là a permis à André Lamarre de reconnaître la physionomie des agresseurs.

Il a remis leur photo à la police et déposé une plainte formelle contre eux. Lundi, une poursuite au criminel sera intentée contre eux, confirme M. Lamarre.



Vincent Marissal
 
 

 page précédente page suivante 
QUE QUI PEUT PUISSE!