Logo
LES ENTARTISTES

membres de l'Internationale des Anarchos-Pâtissiers


Accueil Manifestes Communiques Scrutin Entart-Liste Liens Courrier
 
Archives: Articles de Presse

La Presse 20 Mai 1999

L'entarteur de Parizeau en cour

La tarte ne blesse que l'amour-propre, plaide François Gourd, ex-chef du Parti Rhinocéros


L'entarteur de Jacques Parizeau a comparu hier en cour municipale à Montréal pour être accusé de voies de fait. L'étudiant Bruno Caron, âgé de 20 ans, a plaidé non coupable. Il connaîtra la date de son procès le 3 septembre. D'ici là, il tentera de se trouver un emploi et un avocat, a-t-il dit devant le tribunal. M. Caron a semblé plutôt mal à l'aise de se retrouver au palais de justice. Il a tenté tant bien que mal d'en rire et de faire rire. "Être accusé de voies de fait pour de la crème est nettement exagéré", a-t-il dit aux journalistes, à la sortie de la salle d'audiences, après avoir enfilé un nez rouge de bouffon. L'étudiant Caron a expliqué qu'il s'était accoutré ainsi pour "rendre ça moins pénible, moins dramatique".

S'il a entarté M. Parizeau, en novembre 1998, au cégep Ahunstic, en pleine campagne électorale, c'est "par militantisme" parce que l'homme politique était venu dire aux étudiants qu'ils devaient accepter des coupes à l'éducation au nom de l'atteinte du déficit zéro.

Il faut dire que ce jour-là, avant de recevoir une tarte sur l'épaule et sur sa cravate, M. Parizeau avait vu atterrir à côté de lui un siège de bicyclette et un bout de tuyau lancés par un ou des étudiants.

Bruno Caron était accompagné hier par François Gourd, leader du défunt parti Rhinocéros, qui est venu maintes fois à sa rescousse quand il n'arrivait pas à répondre aux questions posées. "Jamais personne n'a été blessé par une tarte à la crème, sauf dans leur amour-propre. C'est alors qu'on voit le vrai visage des gens", a dit M. Gourd, qui organise une soirée bénéfice pour M. Caron le 30 mai.

En conférence de presse, hier, le président d'Alliance Québec, Bill Johnson, s'est dit content que des accusations aient été portées.

Entarté au moment où il participait au défilé de la fête nationale, l'an dernier, M. Johnson n'avait pas porté plainte. Mais il le ferait maintenant.

Rollande PARENT
PRESSE CANADIENNE
 
 

 page précédente page suivante 
QUE QUI PEUT PUISSE!