Logo
LES ENTARTISTES

membres de l'Internationale des Anarchos-Pâtissiers


Accueil Manifestes Communiques Scrutin Entart-Liste Liens Courrier
 
Archives: Articles de Presse

Échos Crétins 27 Juin 1998

LES DEUX SOLITUDES


AVERTISSEMENT : Tout ce que vous lisez présentement est conçu dans l'unique but de divertir. Dites-vous bien que la réalité est sans doute encore pire...

Après avoir été "entarté" lors du défilé de la Saint-Jean Bill Johnson poursuit des pâtissiers québécois qu'il accuse d'être "séparatistes"!

Le défilé de la Saint-Jean Baptiste aura laissé un goût sucré (...) dans la bouche du président d'Alliance Québec (NDLR : Alliance Québec est un regroupement d'anglophones qui exercent de la pression sur le gouvernement provincial en passant leur temps à le critiquer bêtement, et tout cela, grâce à de généreuses subventions du gouvernement fédéral.), Bill Johnson. Cet homme, jugé comme un radical par la plupart des journaux sérieux (seule The Gazette approuve les tactiques fascistes de Johnson. Mais il est vrai que The Gazette n'est pas un journal sérieux...), a reçu une tarte à la crème en plein visage alors qu'il discutait avec un journaliste au milieu de la foule.

Johnson semblait avoir été amusé par cette blague, somme toute inoffensive, mais lorsqu'il apprit, deux jours après le défilé, que les pâtissiers qui avaient préparé la tarte n'affichaient pas en anglais dans leur pâtisserie, le bouillonnant leader fit volte-face et décida de poursuivre en justice les pâtissiers. "Ce sont sûrement des séparatistes, expliqua Johnson aux journalistes au cours d'une conférence de presse improvisée. Au début, je croyais que cette tarte n'était qu'une blague. Maintenant que j'ai appris que les pâtissiers n'affichaient pas en anglais, je comprends mieux ce qui s'est passé. C'était plutôt une triste machination, un coup monté, une attaque raciste et haineuse du même genre que l'assassinat de Martin Luther King. Aujourd'hui, c'est une tarte. Demain, ce sera quoi? Une bombe? Une balle de fusil? Comme tous les grands hommes qui ont défendu les minorités marthyrisées, je suis une cible de choix pour les attentats."

Les pâtissiers en question, un petit couple tranquille dans la quarantaine, ne comprennent pas l'énervement "hystérique" du patron d'Alliance Québec. "Ce n'était qu'une blague qu'un de nos clients a voulu faire, raconte Bertrand Tarteure, pâtissier depuis bientôt 20 ans. Et puis, presque tous mes clients sont des Québécois francophones ou des Français, alors, l'affichage en anglais..."

Bill Johnson poursuit les pâtissiers pour "tentative de nuire à l'image publique d'un personnage important" (...). Johnson croit que "(les) maudits séparatistes ont voulu (le) ridiculiser afin de discréditer une organisation de la plus grande importance". À la suite de cette nouvelle controverse, plusieurs membres modérés d'Alliance Québec ont quitté le regroupement, préférant "ne plus être associés à un chef qui fait passer les anglophones pour des radicaux et des intolérants." Une histoire à suivre, sans aucun doute.

François DESBIENS
 
 

 page précédente page suivante 
QUE QUI PEUT PUISSE!