Logo
LES ENTARTISTES

membres de l'Internationale des Anarchos-Pâtissiers


Accueil Manifestes Communiques Scrutin Entart-Liste Liens Courrier
 
Archives: Documents
TRANSCRIPTION DU PROCÈS DION

CHRISTINE FORTIN

37 ans

Responsable des relations publiques
et du financement du Chic Resto Pop

ASSERMENTÉE

 

INTERROGÉE PAR

Me CLAUDIE BÉLANGER
PROCUREUR DE LA POURSUITE

Q
Bonjour, Madame Fortin.

R
Bonjour.

Q
Alors je vous rappelle que je vous pose des questions en premier, vous répondez en regardant le Juge, suite à ça, les accusés, messieurs Foisy et Robert vont vous poser des questions s’ils le désirent. Alors, Madame Fortin, le 7 mai ’99, vous étiez où, vous?

R
On était au Chic Resto Pop, au 1550 rue Joliette.

Q
Et quelles étaient vos fonctions à cet endroit-là?

R
Je suis responsable des relations publiques et du financement du Chic Resto Pop, et cette journée-là je m'apprêtais à faire faire une visite au Ministre Dion.

PAR LA COUR
Juste un petit commentaire, parlez un petit peu plus fort, ce n'est pas parce que je suis sourd, je ne suis pas sourd mais c' est parce que pour l'enregistrement, pour que ce soit bien enregistré, le témoignage.

R
Parfait.

PAR LA POURSUITE
Alors vous étiez responsable d'un événement particulier ce jour-là?

R
Oui, la visite du Ministre Dion au Chic Resto Pop.

Q
Okay, alors pouvez-vous nous parler de quelque chose de particulier là qui s'est passé lors de cette visite-là?

R
Oui, alors suite à la visite des lieux par le Ministre Dion, et le Ministre Dion s'est proposé pour donner les repas, les desserts, à ce moment-là, et juste un peu… dès que Monsieur Dion a été installé derrière le comptoir, il a reçu deux (2) tartes à la crème en plein visage. Une en plein visage et une plus à l'épaule.

Q
Vous étiez où vous, par rapport à Monsieur Dion quand l'histoire des tartes là, quand ça s’est produit ?

R
J'étais juste à côté de lui.

Q
Vous étiez juste à côté de lui?

R
Oui.

Q
Est-ce que vous pouvez nous donner plus de détails sur comment ça s'est passé là, dans le temps, vous dites deux (2) tartes, ça s'est passé comment, si vous pouvez?

R
Alors, dans le temps, ça s'est fait très, très vite, en fait, il y a deux (2) individus qui sont arrivés, un que j'ai vu arriver du côté de la distributrice dans la salle du resto et il a passé derrière le comptoir pour lancer la tarte en plein visage au Ministre Dion et un second individu, qui je crois, je ne sais pas dans quel ordre là, mals qui était devant le comptoir et qui a lancé une tarte aussi au Ministre Dion. Il y en a une qu'il a reçue, la première tarte, il l'a reçue sur l'épaule et je crois une partie du visage, mais la deuxième tarte, il l’a reçue en plein centre du visage.

Q
Pouvez-vous, aujourd'hui reconnaître les deux (2) individus que vous avez vus ce -jour-là?

R
Non.

Q
Vous ne pouvez pas les reconnaître?

R
Non.

Q
Ceux que vous avez vus ce jour-là?

R
Non.

Q
Parfait.

R
Je n'ai pas eu le temps de les voir.

Q
Parfait.

PAR LA COUR
Je voudrais juste faire un commentaire, ici, au point de vue de l'identification, pour l'événement en soi là…

PAR LA POURSUITE
C'est admis.

PAR LA COUR
C'est que madame s'est tournée vers les deux (2) accusés puis en les regardant, elle a dit je ne les reconnais pas comme étant les deux (2) personnes.

PAR LA POURSUITE
Exactement.

PAR LA COUR
Je pense que c'est important ça pour les fins de l'enregistrement.

PAR LA POURSUITE
Absolument, en ayant toujours en tête que l'identification est admise, par ailleurs.

PAR LA COUR
Ah oui, oui, d'accord.

PAR LA POURSUITE
On s'entend. Alors moi, je n’ai pas d’autres questions pour madame Fortin.

 

CONTRE-INTERROGÉE PAR

M. PATRICK ROBERT
ACCUSÉ

Q
Madame Fortin, vous dites que vous étiez responsable, que vous êtes responsable du financement au Chic Resto Pop, c'est exact?

R
Oui.

Q
Donc, est-ce que c' est vous qui avez personnellement invité Monsieur Dion le jour du 7 mai 1999 au Chic Resto Pop?

R
Non.

Q
Donc c'est Monsieur Dion qui s'est invité ou est-ce que c'est son bureau qui a arrangé l'événement avec vous?

R
Ce que j 'en sais, c'est lors de sa tournée de la province, il y a une personne qui a mis en contact Monsieur Dion avec nos bureaux pour leur dire de venir visiter chez nous, quand il a visité Montréal il fallait qu'il passe par chez nous.

Q
Et à votre connaissance, est-ce que Monsieur Dion est responsable de donner les subventions aux soupes populaires?

PAR LA POURSUITE
Je vais m'objecter, Monsieur le Juge, je ne pense pas que Madame est en mesure de nous parler des responsabilités de Monsieur Dion dans son gouvernement.

PAR LA COUR
Ça va. Est-ce que vous êtes au courant, au niveau du financement, Madame?

R
Pas à ce niveau-là, à ce moment-là, surtout pas.

PAR M. ROBERT
Mais vous êtes bien responsable du financement au Chic Resto Pop?

R
A ce moment-là, ça faisait un mois que j'étais responsable du financement.

Q
D'accord.

PAR LA COUR
Alors, je maintiens l'objection, je ne pense pas qu'elle puisse répondre à cette question-là.

PAR M. ROBERT
J'aimerais savoir si vous vous souvenez des propos que vous avez tenus dans le magazine Femme Plus, de juin '99, des propos que vous avez réaffirmés à l'émission Rue des Parlementaires à Télé-Québec, on en a d'ailleurs les preuves et vidéo et la preuve de l'article.

PAR LA POURSUITE
On pourrait peut-être poser la question..

PAR LA COUR
Ce n'est pas nécessaire d'avoir recours au vidéo, elle va peut-être dire exactement ce qui apparaît sur le vidéo.

PAR M. ROBERT
Okay, vous vous souvenez de vos propos, donc?

R
Je crois que oui.

Q
Oui, est-ce que vous réaffirmez aujourd'hui vos propos que vous avez donc dits dans ces deux (2) endroits, selon lesquels tous les politiciens qui passent au Chic Resto Pop le font pour se faire du capital politique sur votre dos?

R
Ce n'était pas tout à fait comme ça là, mais ...

Q
Bien... est-ce qu'on peut déposer la preuve?

R
Mais effectivement, tous les politiciens qui vont dans les organismes communautaires, on sait que c'est pour rencontrer les gens, pour faire du capital politique.

Q
Donc, est-ce qu'il est logique de dire que vous acceptiez la présence de Monsieur Dion en échange de rétribution?

R
Non, de rétribution qu'est-ce que vous voulez, dire?

Q
Est-ce que c'est possible… bien de financement, je parle de financement pour l’organisme évidemment?

PAR LA COUR
Rétribution, attendez, attendez, elle n'a pas compris la question comme il faut là, peut-être, le mot rétribution là, c'est important qu'elle comprenne ce que c'est.

PAR M. ROBERT
Oui, ma question, c'est si vous refusiez, par exemple, qu'un politicien vienne servir du gâteau au Chic Resto Pop, est-ce que votre financement serait menacé?

PAR LA POURSUITE
Je vais m'objecter, monsieur le Juge, à ce genre de question, parce que ce n'est pas pertinent du tout, c'est en plus de ne pas être pertinent, je ne pense pas que Madame ait aujourd'hui à faire ces déclarations-là dans une Cour de Justice.

PAR LA COUR
Bon, vous savez, vous lui avez posé une question quant à une déclaration qu'elle aurait faite postérieurement et elle l'a reconnu parce qu'elle l'a répète presque textuellement ce que vous lui aviez dit. alors elle a reconnu cette déclarationlà, alors je pense que ce n'est pas pertinent, c'est presque du gros bon sens à l'effet ou de connaissance presque judiciaire, tu sais, presque judiciaire. Parce qu'il y a des choses qu'on ne connaît pas mais il y a des choses qu'on connaît, les Juges.

PAR M. ROBERT
D'accord. J'ai une autre question, lors de votre déclaration à la police là, le 7 mai 1999, vous aviez dit aux policiers que vous vous étiez interposée entre les entartistes et Monsieur Dion?

R
Je ne me souviens pas.

Q
Est-ce qu'il est possible d'avoir votre ... la déclaration que vous avez faite à la police le jour du 7 mai, vous pouvez la relire si vous voulez, parce que vous avez bel et bien déclaré que vous vous étiez interposée entre le Ministre et les entartistes?

PAR LA POURSUITE
Juste un moment, on va essayer de tenter de trouver ...

PAR LA COUR
Ce que vous devez faire, vous avez la déclaration, parce que la divulgation de la preuve a été faite, si je comprends bien.

PAR M. ROBERT
Oui.

PAR LA POURSUITE
S'il en a une, il est chanceux, parce que moi je n'en ai pas.

PAR LA COUR
Ah, ça vous le savez ... alors vous avez eu la divulgation de la preuve, dans ça il y a une déclaration de différents témoins, bon, de la victime, et caetera, et vous pouvez si déclaration il y a eue de madame, lui montrer ses textes, puis voir, pour attaquer sa crédibilité à savoir si c'est aujourd'hui qu'elle dit la vérité ou si c'était au moment où elle a fait sa déclaration. Vous avez le droit de faire ça.

PAR M. ROBERT
Oui, je veux trouver la feuille, je vais vous demander une petite minute de votre patience..

PAR LA COUR
C'est ce qu'on appelle attaquer la crédibilité d’un témoin.

PAR M. ROBERT
On ne veut, d'aucune façon, attaquer madame Fortin, loin de là.

PAR LA COUR
Non, non, mais c'est fondamental, vous avez le droit de faire ça, c'est une ... c'est recevable, et je déciderai si oui ou non son témoignage peut être mis en doute parce qu'il y aurait contradictions entre qu'elle aurait dit à ce moment-là et ce qu'elle dit aujourd'hui. Ça ne veut pas dire que nécessairement j'arriverai à la conclusion qu'il y a ...

PAR M. ROBERT
On a ici: "Madame Fortin, dira être responsible de l'activité tenue au Chic Resto Pop…"

PAR LA POURSUITE
Juste un moment, Monsieur le Juge, là il ne s'agit pas d'une déclaration qui a été prise de Madame, il s'agit d'un résumé du témoignage de Madame qui a été fait par l'enquêteur. Alors on ne peut la mettre en contradiction avec cette déclaration-là.

PAR LA COUR
Excusez là, êtes-vous d'accord à ce que vient de dire Maître Claudie Bélanger à l'effet que c'est un résumé du policier enquêteur qui a mis dans ses notes, et caetera, j'ai parlé avec Madame, elle dit ci, elle m'a dit ça, si ce n'est pas sa déclaration personnelle, vous ne pouvez pas la mettre en contradiction avec cette déclaration-là, comprenez-vous?

PAR M. ROBERT
Non, mais je trouve étrange, je ne retrouve plus le témoignage de madame Fortin.

PAR LA COUR
Prenez votre temps là, cherchez.

PAR M. ROBERT
Parce que c'était effectivement dans le témoignage de madame Fortin et non pas dans le ...

PAR LA COUR
Prenez votre temps, cherchez.

PAR M. ROBERT
Nous sommes désolés, on va retirer la question, à ce moment-là, on ne retrouve pas la citation exacte dans notre amas de papiers. Alors on n'a plus de questions pour madame Fortin. Merci beaucoup.

PAR LA COUR
Vous non plus Monsieur?

PAR M. FOISY
Non, ça va.

PAR LA COUR
Merci, Madame Fortin. Est-ce qu’on peut libérer madame Fortin?

PAR M. ROBERT
Oui.

PAR LA POURSUITE
Vous êtes libérée Madame, vous pouvez quitter, merci beaucoup.


(FIN DE LA DÉPOSITION DE CE TÉMOIN)

PAR LA POURSUITE
Voulez-vous qu'on prenne une pause avant le prochain témoin ou si vous voulez qu'on roule.

PAR LA COUR
Si vous me le demandez, je déciderai si c'est une demande pour une pause…

PAR LA POURSUITE
Je vous le soumets là, c'est juste parce qu'il fait très chaud, on pourrait prendre dix (10) minutes maximum là, mes témoins sont prêts, c'est juste que là, je trouve qu'on roule bien.

PAR LA COUR
Avez-vous des objections à ce qu'on fasse une pause?

PAR M. ROBERT
On n'a aucune objection.

PAR LA COUR
Alors on va faire une pause.

PAR LA POURSUITE
On permettra peut-être de faire le nécessaire pour qu'on puisse avoir de l'eau, Monsieur le juge.

(SUSPENSION DE LA SÉANCE)

 
 

 page précédente page suivante 
QUE QUI PEUT PUISSE!